Exposition "De l'atome à l'étoile"

Speranza 2020 ok

Les voies sont multiples qui vont de l’atome à l’étoile, de l’ombre à la lumière.

Trois artistes s'associent pour une exposition de plusieurs formes d'arts, notamment la sculpture et la photographie. À découvrir du 1er au 30 septembre 2020 au Couvent des Minimes, dans la Citadelle. Entrée libre. 

 

Vernissage : jeudi 10 septembre à 18h30
Accompagnement musical par Michel Labardin

 

On peut, comme le fait Marta Rossignol, parcourir la planète pour entrevoir – sans le figer – le souffle qui porte vers la lumière les corps les plus humbles et les plus obscurs. À Bénarès, à Ambalavao, l’œil de la photographe ne se brouille, sa raison ne vacille, que pour nous restituer, dans l’entre-deux précaire et miraculeux d’un déclic, ce qui fleurit sur la corruption des terres. Entre le physique et le spirituel, la matière brute et la pureté céleste, se tiennent les corps, le feu, l'eau, le sang, les couleurs, les senteurs, les chants, les prières… Toute œuvre d’art véritable est une expérience existentielle. Dans ses notes de voyage, en marge de ses photographies, Marta écrit : Suis-je bien présente ? Le sont-ils vraiment ? La vie glisse sur les marches, se noie dans les eaux, renaît dans les chants, s'envole dans la fumée, s'enferme dans les cendres, remplit le vent. Cet homme n'en sera bientôt plus un. Cette femme prépare son passage vers un ailleurs. Cet enfant prend le temps de vivre. Il sait qu'un cycle est en cours, passager éphémère du vivant.

On peut aussi, comme le fait Rony Speranza, sans quitter l’ici et le maintenant, choisir de séjourner dans la profondeur du sensible. Explorer quelques centimètres carrés de tissu ou de plastique, élargir son regard pour y accueillir l’infiniment petit et y révéler les lointains d’un paysage ou la face cachée de la lune – telle est la voie que la photographe, avec insistance, parcourt pour nous depuis quelques années. Du rebut au sublime : c’est le chemin du réel, qui transfigure le magma en azur. Mais tout aussi bien le chemin de chacun de nous, celui de notre propre vie – ou plutôt celui que les photographies de Rony nous invitent à parcourir.

On ne touche pas une photographie, même si l’on est parfois tenté de le faire. Le privilège de la sculpture, et particulièrement de celle de Catherine Dubon, est qu’elle peut croiser le visuel et le tactile, adoucir le rugueux en y accrochant la lumière – avez-vous déjà vu un oursin se métamorphoser en nénuphar ? – mais aussi bien faire surgir les aspérités du lisse et l’assombrir. Comme la matérialité des corps ou des étoffes refuse de s’effacer dans le mouvement qui porte les photographies de Marta et Rony vers l’allègement, les sculptures de Catherine retiennent en elles le caillou ou le coquillage tout en les transfigurant.

On n’objective pas l’esprit dans un cliché, on ne l’enclot pas dans un bloc de pierre, de verre ou de métal. Mais on peut – c’est la tâche noble et modeste de l’artiste – aider la matière à se spiritualiser.

 

Informations pratiques

Lieu : Couvent des Minimes - Citadelle de Blaye

Date : 1er au 30 septembre 2020

Horaires : du mardi au vendredi de 15h à 19hle samedi et le dimanche de 14h à 19h 

Organisateurs : Catherine Dubon, Marta Rossignol & Rony Spéranza

Entrée libre

 



Coordonnées

7, Cours Vauban
Tél.: 05 57 42 68 68

Ouvert lundi : 9h à 12h30 et 13h30 à 17h30
mardi : 9h à 12h30 et 13h30 à 19h
(17h30 durant les vacances scolaires)
mercredi : 8h30 à 12h30 et 13h30 à 17h30
jeudi : 9h à 12h30 et 13h30 à 17h30
vendredi : 9h à 12h30 et 13h30 à 16h30

Newsletter + Coordonnées

Inscription Newsletter

Description de la newsL

Partenaire

Partenaires

Blaye TourismeCommunauté de Communes de BlayeRéseau des sites majeures Vauban


ClictoutDEV - Tous droits réservés [XERUS - 2017] - Mentions légales - Plan du site - propulsé par E-majine